corse24.com
Image default
Info Corse

“Vous faites le tour des cités HLM…, on crée les bombes de demain”, François Filoni

Notez cet article



L’ambition est clairement affichée, franchir la barre des 7 %, comme en 2015. A l’époque, après une absence de 23 ans, le RN qui s’appelait toujours le Front National avait fait son retour dans l’hémicycle avec 4 élus, avant de disparaître à nouveau deux ans plus tard, aux territoriales de 2017 ; Charles Giacomi alors tête de liste n’avait obtenu qu’à peine un peu plus de 3 %. François Filoni a donc pris la relève, après un parcours politique plutôt tortueux, du PC à l’écologie, en passant par un soutien à Simon Renucci, puis à Laurent Marcangeli. “Je viens avec une offre politique complète pour essayer de sortir la Corse du marasme, je n’ai pas de temps à consacrer à ces caricatures, coupe court le nouveau porte-drapeau du RN. Vous me parlez d’une élection que j’ai menée en 1984 pour le parti communiste, il y a 38 ans, ça suffit !”.

On est face à deux civilisations non compatibles. Une qui repose sur notre histoire (…) Et de l’autre côté un mode de civilisation qui traite les femmes moins bien qu’une bête

François Filoni préfère évoquer les raisons pour lesquelles il a rejoint Marine Le Pen. “On est face à deux civilisations non compatibles. Une qui repose sur notre histoire, qui part de la démocratie grecque, puis la civilisation romaine qui nous a permis d’avoir des bains, des aqueducs, ensuite le christianisme… Et de l’autre côté un mode de civilisation qui traite les femmes moins bien qu’une bête”.  Visés les musulmans, même si la tête de liste RN assure ne pas confondre islam et islamisme. 

L’islamisme justement représente-t-il un danger pour la Corse ? La réponse fuse : “Les signes avant-coureurs sont là. Vous  faites le tour des cités HLM, à Porto Vecchio, à Aleria, à Ghisonaccia (…) aujourd’hui on crée les bombes de demain. Je veux que l’assimilation reprenne place, il faut une immigration régulée, il ne s’agit pas de fermer les frontières. On veut remettre de l’équité, je ne m’oppose pas aux étrangers, je veux des règles”.

Le leader de la liste ” Les nôtres avant les autres”, nom qui rappelle un vieux slogan de Jean-Marie Le Pen “Les Français d’abord”, défend aussi deux mesures spécifiques à la Corse : un incinérateur pour résoudre une bonne fois pour toute le problème des déchets et la mise en place d’une zone franche pour soutenir l’économie.  

Pour voir et écouter en intégralité l’entretien de François Filoni





Source

Related posts

le pic de la deuxième vague de l’épidémie probablement franchi selon Santé publique France

adrien

Incendies : les militaires de la BA 126 de Solenzara sont sur le terrain

adrien

Les vols entre l’aéroport d’Orly et la Corse ont repris

adrien