corse24.com
Image default
Info Corse

premiers cas de variant indien confirmés en France métropolitaine

Notez cet article



Trois cas de variant indien du coronavirus ont été repérés en Nouvelle-Aquitaine indique l’Agence régionale de santé ce vendredi. Dès jeudi soir, on avait appris qu’une femme était atteinte dans le Lot-et-Garonne, dans le secteur de Villeneuve-sur-Lot. Son mari est également malade. Un autre cas a été repéré en Gironde en avril, chez un homme de retour d’un voyage en Inde. Le ministère de la Santé a également annoncé la découverte de deux autres cas dans les Bouches-du-Rhône. Au total, cinq personnes sont officiellement concernées par cette souche du virus en France. Jusqu’à présent, seuls deux cas en Guadeloupe avaient été confirmés. 

Ce variant B.1.617, détecté pour la première fois en Inde, soupçonné d’être plus contagieux que les souches précédentes du coronavirus, est jugé en partie responsable d’une deuxième vague épidémique dévastatrice en Inde. 

Trois cas en Nouvelle-Aquitaine

Les trois patients repérés en Nouvelle-Aquitaine n’avaient pas été vaccinés, et n’avaient pas attrapé le Covid-19 précédemment. “Nous n’avons aucun élément qui nous permet aujourd’hui de nous inquiéter. Notre dispositif permet de repérer les personnes qui sont revenues d’Inde avant les mesures de contrôle systématique et aussi pour celles qui reviennent d’Inde aujourd’hui” a assuré Benoît Elleboode, le directeur de l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine, ce vendredi. “Ces trois patients vont bien, très peu symptomatiques, pas de formes graves” a insisté M. Elleboode. “Aujourd’hui, ce variant a un certain nombre de mutations qui peuvent faire craindre qu’ils puissent se propager plus facilement mais pour l’instant rien n’est démontré.”

Des analyses complémentaires sont en cours mais dix “contacts à risque” ont été identifiés et dépistés. Quatre cas positifs ont été repérés parmi les proches du patient Girondin dont un enfant (mais qui n’est pas en âge d’être scolarisé). On saura lundi s’ils sont eux aussi atteints par le variant indien.

Deux nouveaux cas dans les Bouches-du-Rhône

Les deux cas dans les Bouches-du-Rhône concernent “deux personnes arrivant d’Inde, sans lien l’une avec l’autre“, “mises en quarantaine immédiatement après leur arrivée” et “testés positives au tout début de leur quarantaine respectivement le 19 et le 27 avril“. “A ce jour, plusieurs autres suspicions d’infection par le variant B.1.617 ont été signalées en France chez des personnes ayant séjourné en Inde. Des investigations renforcées par les ARS et le séquençage des prélèvements (…) sont en cours“, ajoute le ministère. 

“Toutes les précautions ont été prises”, a souligné Olivier Véran vendredi matin sur franceinfo. “Il y a encore des zones d’incertitude – comme pour les autres variants – les scientifiques travaillent pour savoir s’il est plus contagieux”, a ajouté le ministre de la Santé. “Pour le moment, nous n’avons pas encore les réponses. Je ne néglige pas la dangerosité potentielle de ce variant indien, c’est la raison pour laquelle nous le calfeutrons et le traquons. Mais nous ne savons pas encore l’efficacité des vaccins sur ce variant, c’est au niveau mondial que le choses se passent.”

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait annoncé mardi que cette mutation du virus avait été identifiée dans 17 pays, dont plusieurs en Europe. En France, la souche responsable de l’écrasante majorité des contaminations est le variant d’origine britannique (82,7%), tandis que les variants dits sud-africain et brésilien représentent 5% des cas, selon les derniers résultats de criblage publiés jeudi par Santé publique France dans son point épidémiologique hebdomadaire





Source

Related posts

Non-accueil à l’école primaire de Sainte-Lucie-de-Porto-Vecchio : « Une procédure lourde, mais bien réglée » 

adrien

travaux entre les giratoires d’Asprettu et de l’aéroport

adrien

Procès d’un “déchaînement de violences” à Ajaccio

adrien