corse24.com
Image default
Info Corse

L’hôpital d’Ajaccio, en tension, déprogramme des opérations

Notez cet article



« La situation est tendue. L’établissement est sur le fil du rasoir. » Ces mots sont ceux du directeur de l’hôpital de la Miséricorde à Ajaccio. Son établissement est en tension maximale. Certains de ses murs pourraient céder en raison des contraintes exercées par la troisième vague de l’épidémie de Covid-19. 

L’unité dédiée au coronavirus est quasi complète et l’idée d’en ouvrir une seconde est sérieusement envisagée. 

La situation est tout aussi difficile en réanimation ou sept des huit lits disponibles sont occupés. 

Les personnels, moins nombreux au fil des jours, et au bord de l’épuisement, refusent désormais de faire des heures supplémentaires. Une situation de sous-effectifs difficile à vivre. « Depuis un an, nous ne parvenons pas à recruter. Pire, nous avons même perdu des infirmiers, qui ont fait le choix du libéral » précise Dominique Milani. La direction fait pourtant des efforts reconnait-on dans les rangs de la CFDT. « Aujourd’hui on fait avec ce que l’on a, en demandant aux personnels présents de revenir sur des vacances, des repos. Et c’est comme ça depuis un an » conclut, quelque peu dépité, Dominique Milani. 

Des difficultés que partage la direction de l’hôpital de la Miséricorde. « En temps normal, la ressource soignante est très difficile à trouver. Et dans le contexte de Covid, les personnels sont épuisés » indique pour sa part Jean-Luc Pesce. Le directeur de l’hôpital reconnait malheureusement  que « le solde « entrée – sortie » de personnels soignants est devenu négatif. »

Les agents sont épuisés sur le plan psychologique et sur le plan physique. 

Déprogrammation partielle … 

Ces problèmes d’effectif engendrent forcément d’autres difficultés. La principale conséquence : déprogrammer des opérations dites non urgentes. « Une déprogrammation très partielle de l’activité de chirurgie » indique Jean-Luc Pesce. « On déprogramme parce que nous avons besoin aujourd’hui de ressources humaines. Et en déprogrammant les opérations, nous pouvons déplacer les personnels d’un secteur à un autre, dont le secteur Covid quasiment à saturation » explique encore le directeur de l’hôpital d’Ajaccio.





Source

Related posts

premier pic de chaleur de l’été en France, jusqu’à 35°C ce jeudi

adrien

«Mare a Mare», la randonnée Corse d’un rivage a l’autre

adrien

Premier acte de l’été pour la Compagnie I Chjachjaroni

adrien