corse24.com
Image default
Info Corse

le truand corse Claude Chossat jugé pour avoir avoir escroqué un restaurateur basque

Notez cet article



Un repenti autoproclamé du grand banditisme corse était jugé ce mardi devant le tribunal judiciaire de Bayonne présidé par Laurent Tignol. Claude Chossat  comparaissait pour “abus de confiance” et “escroquerie”. Des Faits commis entre 2017 et 2018 à Anglet. Claude Chossat s’est fait connaitre par le passé pour avoir fait tomber, par ses révélations, une partie de la mafia insulaire. Venu se mettre au vert sur la côte basque, il en a profité pour détourner des fonds à des banques ainsi qu’à l’un de ses amis restaurateur d’Anglet. L’ensemble des escroqueries porte sur une somme de l’ordre de 200 000 euros.  

Passé par la case prison 

Absent de l’audience ce mardi 25 mai 2021, sans doute pour éviter de mauvaises rencontres avec ses anciens amis du milieu, l’ex membre du gang de la “brise de mer”, a bénéficié d’une libération conditionnelle sous  bracelet électronique. En novembre 2019, la Cour d’Assises des Bouches du Rhône l’a condamné à huit ans de prison pour complicité de meurtre en bande organisée.  Avec son épouse et ses deux enfants de 11 et 15 ans, il réside désormais à Anglet et, selon son avocat Me Georges Catala, “travaille en CDI dans l’immobilier pour un salaire mensuel de 2130 euros”.

Location à 3000 euros par mois

Pour financer sa cavale perpétuelle afin d’éviter de mauvaises rencontres avec ses anciens amis du milieux corse, Claude Chossat avait imaginé et mis en oeuvre un scénario élaboré. Ce qui a fait dire à la Procureure de la République Amélie Djaoudo, que le prévenu “n’en a pas fini avec un mode de délinquant”. Claude Chossat s’était lié d’amitié avec un restaurateur d’Anglet, aujourd’hui installé à Biarritz. Philippe Hypolite avait rencontré Claude Chossat lors de l’été 2016 grâce à un agent immobilier chez qui il avait mis sa luxueuse maison en vente. Claude Chossat s’était alors dit intéressé pour un montant de 950 000 euros. Mais le repenti corse va se contenter de la louer pour 3000 euros par mois, repoussant constamment l’achat. Entre les deux hommes, une amitié va se nouer au point que le restaurateur sera invité à passer des vacances sur l’île de beauté.

Double arnaque

Deux stratagèmes sont mis en oeuvre par l’escroc puis mis au jour par deux enquêtes de la police judiciaire de Bayonne et du commissariat. Il encaisse trois chèques de banque, qui se révéleront être des faux pour un montant de plus de 150 000 euros. Et puis il va “tisser sa toile” autour de Philippe Hypolite comme l’explique, Me Floriane Herran, avocate du restaurateur floué, qui doit aujourd’hui composer “avec la peur”

En totale confiance, à l’époque, l’investisseur basque va lui signer un chèque de 50 000 euros. Claude Chossat lui fait miroiter de fortes plus-values dans un projet de rachats et de ventes d’engins de chantiers aux USA. Mais il n’y aura jamais de retour financier. Les 50 000 euros seront distribués par Claude Chossat, aux membres de sa famille afin d’assurer le train de vie de tout le monde. “C’est que l’homme est aux abois” explique la représente du parquet. “Le couple ne survit que grâce aux dons du père et du frère de sa compagne” insiste Amelie Djaoudo.

Des faits reconnus par le prévenu

C’est le ténor toulousain, Me Georges Catala qui a pris la défense du prévenu corse. S’il reconnait tous les faits qui lui sont reprochés, Claude Chossat veut à tout prix éviter un retour derrière les barreaux. “Il a contribué à casser la mafia corse” insiste l’avocat. Et de conclure: “il y avait une telle pression sur lui , qu’il lui fallait de l’argent”. Le parquet a requis trois ans de prison dont un an avec sursis. Le jugement sera rendu le 15 juin prochain.





Source

Related posts

Les dix plus beaux villages de Corse, de Penta-di-Casinca à Zonza

adrien

L’Armada Corse au Rallye de Monte Carlo

adrien

Draps, robinets… avant même tout symptôme, les malades du Covid-19 peuvent contaminer les objets selon une étude

adrien