corse24.com
Image default
Info Corse

le difficile débarquement à Ajaccio d’une passagère souffrant d’obésité

Notez cet article


Son témoignage a été recueilli par l’émission Quotidien : une femme obèse raconte les conditions dans lesquelles elle a pris l’avion pour Ajaccio où elle n’a pas pu normalement débarquer. La CCI de Corse-du-Sud affirme “qu’une aide particulière” lui a été apportée.

J’ai une sclérose en plaques”, une femme en fauteuil roulant interpelle le président, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Ajaccio, le 10 septembre. 

J’étais toute seule hier, je suis arrivée en avion et il n’y avait rien pour descendre. Ce sont les pompiers qui m’ont descendue. J’étais traumatisée parce que je ne pensais pas vivre ça.

Elle finit par fondre en larmes, filmée par les caméras de l’émission Quotidien qui ont capté ce témoignage. Le Président de la République tente de la réconforter comme il peut.

Sortie par les pompiers de l’avion

Cette femme, qui souffre d’obésité, précise dans l’extrait vidéo qu’elle est venue en vacances en Corse depuis Nantes la veille.

Selon une source d’Air France, qui souhaite garder l’anonymat, la passagère pèse 140 kg. Une obésité qui nécessite l’aide d’un système d’élévation spécifique pour l’embarquement et le débarquement.

Tous les avions et plateformes aéroportuaires n’en sont pas équipés. Ce système appelé “Help” est disponible pour les A320 notamment. Il équipe les aéroports de Bastia et d’Ajaccio.

Mais cette plateforme n’est pas adaptée aux avions plus petits, comme celui du vol Hop! d’Air France en provenance de Nantes ce jour-là, un avion type Bombardier Canadair Régional.

Son billet lui a été vendu par une agence privée qui n’a pas veillé à ce que les bonnes conditions de voyage soient garanties, selon cette même source. 

À son arrivée à l’aéroport de Nantes, un agent d’escale lui a expliqué qu’il était préférable de changer de vol pour un avion adapté, mais la voyageuse a insisté et a finalement été embarquée.

C’est une fois à Ajaccio que la situation se complique. Le système d’élévation ne fonctionne pas et les agents d’assistance sont contraints de faire appel aux pompiers pour sortir la passagère de l’appareil. Ce qu’elle décrit comme trente minutes d’humiliation. 

Des conditions de vol spécifiques 

Dans son communiqué de presse, la Chambre de commerce et d’industrie de Corse-du-Sud témoigne de “sa plus grande sympathie et tout son soutien à la passagère concernée”

Pour cet incident très isolé, la CCI de Corse-du-Sud indique que les “les meilleures conditions de prise en charge” ont été mises en place à son arrivée “compte tenu du caractère très spécifique de l’assistance”.

L’accueil et le traitement des personnes à mobilité réduite sont régis par le Règlement européen CE 1107-2006.

Il prévoit que les compagnies fassent généralement payer deux sièges quand un seul ne suffit pas. Une situation régulièrement dénoncée par les associations comme la Ligue contre l’Obésité.

Des sièges inadaptés

Pour l’association, les compagnies low cost ne font rien pour faciliter l’accueil des personnes handicapés. Les avions sont souvent petits et la taille des sièges réduites au minimum. Un standard morphologique discriminant, selon elle. 

Les compagnies aériennes low cost ne cessent de réduire la taille des sièges et donc ils sont inconfortables pour les personnes en surpoids ou obèses

Agnès Maurin, directrice de la Ligue contre l’Obésité

Elle précise par ailleurs que les situations de surpoids et d’obésité, qui est elle une maladie chronique touchant 8 millions de personnes en France, sont souvent confondues ce qui participe à l’humiliation des passagers concernés.

“On les accuse, on pense que c’est leur faute parce qu’ils seraient fainéants alors que c’est une pathologie difficile à guérir”.

En somme, l’obésité est le conséquence de tissus adipeux, de masse grasse, incontrôlables alors que le surpoids est temporaire.

Au sein de cette association, Agnès Maurin plaide pour que les personnes obèses puissent voyager dans les mêmes conditions que les autres notamment en ne payant plus une deuxième place car cela les culpabilise.

Dans ce “cas extrême” et pour espérer clôre l’incident, le deuxième siège a été réservé gratuitement par Air France pour le vol retour de la malheureuse vacancière.

 



Source

Related posts

La disparition de Pierre Bessiere : l’hommage de Simon Renucci

adrien

Municipales 2020 en Corse : les nationalistes s’installent

adrien

Porto-Vecchio : un phénomène de société incarné par la coiffure

adrien