corse24.com
Image default
Info Corse

la Haute autorité de santé donne son feu vert aux tests rapides pour des dépistages ciblés

Notez cet article



Face à la propagation du nouveau coronavirus en France, la Haute autorité de santé (HAS) s’est prononcée en faveur des tests rapides antigéniques. Le but : désengorger les laboratoires en réduisant les délais pour se faire tester et recevoir ses résultats. 

Ces tests seront pratiqués dans le cadre d’“actions de dépistage à large échelle au sein de populations ciblées”, comme les universités ou le personnel des hébergements collectifs. Ils sont déjà utilisés depuis lundi à titre expérimental en Ile-de-France, pour une campagne de dépistage auprès du personnel de 80 Ehpad.

Des résultats en 30 minutes

Le coronavirus continue de se propager en France et la situation sanitaire entraîne donc une “très forte demande” pour se faire dépister. Dans certaines régions, il faut aujourd’hui plusieurs jours pour faire un test RT-PCR et en obtenir le résultat. Même si les tests de référence ont une “très bonne performance” il faut donc élargir “l’arsenal”, explique la HAS. “Le but, c’est d’être capable de tester plus de personnes et plus vite”, pour savoir “si on est face à un foyer d’infection”, explique Dominique Le Guludec, présidente de la HAS.

Le prélèvement pour un test antigénique se fait également dans les narines avec un écouvillon (sorte de long coton-tige). Mais ces tests plus rapides ne nécessitent pas d’analyse en laboratoire car ils se contentent de repérer “les protéines du virus” et non son “matériel génétique”. Il est donc possible d’avoir un résultat en 10 minutes minimum et 30 minutes maximum. Les médecins généralistes, les infirmiers ou encore les pharmaciens peuvent les réaliser. 

Qui peut faire ce test rapide ? 

Pour l’heure, il n’existe pas suffisamment de données disponibles sur la performance de ces tests mais la Haute autorité de santé estime qu’ils pourront répondre à un besoin “non couvert”. Ce type de test doit servir pour des opérations de dépistage à grande échelle qui entraînent aujourd’hui une saturation dans les laboratoires d’analyses. La HAS est donc favorable à l’utilisation de ces tests rapides mais dans certaines conditions. 

  • Les personnes présentant déjà des symptômes du Covid-19 peuvent faire ce test rapide lorsqu’un test RT-PCR n’est pas disponible dans les 48 heures. Le test doit être réalisé dans les quatre jours après l’apparition des symptômes, car au-delà, sa performance est moins bonne.

  • Pour les personnes à risque (personnes âgées, diabétiques, obèses, etc.), un test antigénique négatif devra être confirmé par un test RT-PCR, afin de “s’assurer qu’on ne passe pas à côté d’une infection”. En cas de test positif, il ne sera pas nécessaire de faire le test de référence car les tests antigéniques donnent très peu de “faux positifs”. Ce qui signifie que si le résultat est positif, il est très probable que le patient soit effectivement porteur du nouveau coronavirus.

  • Pour les personnes asymptomatiques, la HAS ne recommande pas “à ce stade” l’utilisation des tests antigéniques en dehors des opérations de dépistages ciblés, notamment pour les personnes ayant été en contact avec un cas confirmé. Cette position “sera réévaluée rapidement” lorsque de nouvelles données seront disponibles.

L’avis favorable de l’organisme ouvre la voie au remboursement et à une large utilisation de ce nouvel outil, lorsque le gouvernement aura publié l’arrêté l’autorisant, “courant octobre”, selon la HAS.
 





Source

Related posts

Petre Scritte : Meria en images à travers les siècles

adrien

Jean-Guy Talamoni: « Il Y A Eu Un Accusé De Réception … Mais De Ce Qu’il En Sera Demain Nous En Serons Tous Témoins. »

adrien

Crash de la Caravelle Ajaccio-Nice: l’association de victimes exige une plongée sur l’épave

adrien