corse24.com
Image default
Info Corse

« La crise sanitaire a eu un impact très lourd sur le budget de la CAPA »

Notez cet article


« La crise sanitaire a eu un impact très lourd sur le budget de la CAPA » explique d’entrée de jeu Xavier Lacombe. « Nous devons faire face à des dépenses supplémentaires non prévues et surtout à l’impact de toutes les recettes que nous ne percevrons pas » poursuit-il.
Une situation inédite, et qui comporte encore une part d’inconnu : « Nous avons fait un prévisionnel, avec beaucoup de prudence, en essayant d’être au plus juste mais il y a une part d’incertitude » admet-il. « Cela représente une dépense entre 800 000 et 1 million d’euros, avec surtout des pertes de recettes du Versement Transports (VT), de la Cotisation Foncière aux Entreprises (CFE), de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE), etc. Mais tout cela n’est pas totalement mesuré ».
Des difficultés supplémentaires dont la CAPA, déjà fragilisée par les crises successives des déchets, n’avait pas besoin : « Cela pèse très lourd » note le Premier Vice-Président.  En effet, « entre 2019 et 2020, ce sont déjà 3 millions d’euros supplémentaires qui avaient dû être mobilisés ». 
De quoi plomber l’action de la collectivité ? « Les retombées se font sur la section fonctionnement, ce n’est pas en investissement que nous rencontrons de grosses difficultés. Cependant, si la section fonctionnement est en difficulté, les marges que nous dégageons pour virer l’excédent à la section investissement deviennent nulles et de fait nous avons recours à l’emprunt ». Et là est bien le problème : « Nous n’avons plus de garanties de solvabilité auprès des établissements bancaires et la situation devient tendue. Quand on flirte avec le seuil de 7% d’épargne brute c’est que nous sommes dans une situation critique » s’inquiète Xavier Lacombe.
 
Le recours au levier fiscal s’est alors imposé : « Nous avons voulu corriger cette situation et donc nous avons eu recours a une augmentation de fiscalité. Nous l’avons voulue la plus juste et la plus équitable possible pour garantir de retrouver de nouvelles marges pour l’avenir ». Mais Xavier Lacombe tient à le préciser : « Ce n’est pas pour financer de l’investissement. J’ai démontré qu’en diminuant de 50 millions d’euros l’investissement de manière générale, nous améliorions la capacité de désendettement mais pas forcément l’épargne brute ».
 
Concrètement, cette augmentation sera de l’ordre d’un point sur la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM), ce qui représente 1 million d’euros. « Depuis plus de 20 ans il n’y avait pas eu d’augmentation de la fiscalité de la CAPA » commente le maire de Peri.
 
D’autres leviers sont également mobilisés, notamment la réduction des dépenses de fonctionnement : « Nous poursuivons notre politique en la matière et je crois que la CAPA a été exemplaire dans ce domaine » se félicite le Premier Vice-Président. « En contrepartie, nous avons maintenu notre niveau d’investissement à hauteur de ce que nous représentons ». Et de manière unanime, l’ensemble des dix maires a souhaité conserver le carnet de commande publique au niveau précédent « afin de ne pas créer d’impact supplémentaire au niveau des entreprises. »
 
La priorité de cette mandature 2020/2026 ? L’environnement. L’aménagement durable du territoire et son accompagnement dans la transition écologique figurent d’ailleurs parmi les axes majeurs du projet de la CAPA. Avec des investissements lourds, « mais qui nous permettront de réaliser des économies », tels que la réalisation de l’unité de tri et de valorisation.



Source

Related posts

Ajaccio : son père est mort du coronavirus, un avocat porte plainte pour remonter la “chaîne de responsabilités”

adrien

Fromages, yaourts, faisselle, feta bio… Elle élève des brebis corses dans une improbable ferme sur la Côte d’Azur

adrien

Côté culture et initiative France Bleu La Rochelle 100% solidaire

adrien