corse24.com
Image default
Info Corse

Kantara et les métiers en voie de disparition

Notez cet article



Le stoppeur libanais

Au Liban, Nanette Ziade de Radio Liban 96.2 nous propose le portrait de Rustom Halabi. Il est stoppeur. 

Cela consiste à stopper et combler un trou, ou un accroc dans un tissu pour lui rendre son aspect d’origine, sans y voire la moindre trace de réparation. Un métier en voie de disparition.

Le relieur de la Medina

A Tunis, Mayada Shili nous fait découvrir le dernier relieur de la médina de Tunis. Dans ce reportage il nous parle de l’importance de son métier et son attachement à cet art, à ces couvertures imaginées et façonnées pour mettre en valeur les livres et les protéger.

Les Tarbouches de l’empire Ottoman au Caire….

Au Caire, Dina Abdelmeguid a choisi de nous parler des  fabricants de tarbouches. Imposé depuis 1826 dans l’Empire Ottoman par le sultan réformateur Mahmud II, ce couvre-chef rigide de couleur rouge, souvent orné d’un gland noir fixé sur le dessus a été adopté par la plupart des groupes ethniques . 

Un siècle et demi après son introduction en Égypte, cette mode disparaît et devient  symbole du colonialisme. Et après la révolution égyptienne de 1952, le président Gamal Abdel Nasser a décrété la suppression du tarbouche.

Ce métier menacé de disparition est un savoir-faire transmis de génération en génération. 

Que reste t’il  de ce métier en Egypte ? Reportage Dina Abdelmeguid pour Radio Le Caire

….tout comme au Maroc

Voilà un accessoire que nous retrouvons pratiquement dans tout le monde arabe. Au Maroc, par exemple, le Tarbouche fait toujours partie des traditions, porté avec une djellaba blanche et des Belgha jaunes ou blanches. 

Cette tenue est également celle des groupes de musique arabo-andalouse. L’artisanat est d’ailleurs un secteur très développé au Maroc. Ce sont plusieurs métiers manuels. On recense  2,4 millions d’artisans interdépendants du tourisme et de l’export. Il  subit aujourd’hui de plein fouet la crise de la Covid 19. 

85% sont à l’arrêt, les ventes auraient chuté de 79%. Un secteur où la relève se fait attendre après la retraite des maîtres artisans. Certains ont bénéficié d’une aide de l’Etat, et un projet de loi en examen prévoit de généraliser la protection sociale et la création d’un conseil national des artisans.

En attendant des jours meilleurs Nadira Belkhoutout est parti à la rencontre des professionnels de l’artisanat dans la Rue des Consuls, beaucoup moins animée qu’à l’habitude.

Disquaire en Corse:  Les derniers des Mohicans

En Corse également de nombreux métiers ont aussi disparu au fil des ans.

Certains victimes parfois du progrès technologique. Parmi eux, les disquaires. 

Confrontés à la révolution Internet, et la possibilité de télécharger la musique en illimité, ils ont vécu le confinement comme une nouvelle calamité.  Sur une dizaine de disquaires il y a encore une dizaine d’année en Corse, ils ne sont plus que 2. L’un à Corte, l’autre à Ajaccio.

A la boutique Vibration, on retrouve André Paldacci, interrogé par Pierre-Louis Sardi

La boite à Merveilles de Palestine

En Palestine, Violette Rafidi nous fait découvrir la boite à merveilles. Elle a été importée par l’intermédiaire d’un médiateur artistique qui a joué avec le personnage du narrateur Abu Al-Ajab. Il raconte des contes et des mythes, pour transmettre un message ou une idée, ou une « sagesse » aux gens, en particulier aux enfants. 

Le progrès technologique a toutefois conduit à la disparition de cette profession, devenue marginalisée. Aujourd’hui les histoires d’Abu Al-Ajab n’attirent plus. Reportage de Violette Rafidi de Radio Palestine Internationale

Ecoutez Kantara ici





Source

Related posts

Il faut avoir la santé pour séjourner en Corse

adrien

Les rencontres polyphoniques mettent la femme à l’honneur

adrien

Coronavirus et tourisme en Corse : baisse des arrivées pour ce premier week-end de départs en vacances 

adrien