corse24.com
Image default
Info Corse

“Je te souhaite un bon séjour en prison”, dialogue entre une mère et le meurtrier de sa fille

Notez cet article



Au 5e jour du procès de Jonathann Daval pour le meurtre de son épouse Alexia devant la cour d’assises de Haute-Saône, la mère de la victime s’est adressée à son ancien gendre ce vendredi matin. Trente minutes de temps suspendu où Isabelle Fouillot a tenté de faire parler Jonathann Daval.

Le procès a pris du retard, et le verdict est attendu demain samedi.

Un face à face intime

Pendant de nombreuses minutes, Isabelle fouillot et Jonathann Daval se font face. Comme un moment d’intimité entre celle qu’il appelait maman et son ancien gendre. Un instant, ils ne sont plus que tous les deux dans cette salle d’assises. La mère de la victime d’un côté, le meurtrier de sa femme de l’autre. D’une voix douce et posée, elle s’adresse à lui et tente de le faire parler.

Tu sais, c’est la dernière fois qu’on se parle tous les deux. J’ai besoin de savoir. Lâche-toi.

Lui répond, : “C’est une dispute, la dispute de trop, les mots de trop“. Mais il ne va pas plus loin. Il n’explique pas plus que ce qu’il a dit dans les auditons.

Avant, cela, un extrait de la confrontation du 7 décembre 2018 entre Jonathann Daval et ses beaux-parents a été projeté dans la salle d’assise. On y voit Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia dans le bureau du juge. A cet instant, elle parle encore de pardon possible. Ce matin, dans la cour d’assises, on sent bien qu’elle n’en est plus là.

Je te souhaite un bon séjour en prison

La mère d’Alexia dit ce qu’elle a sur le cœur : cette impression qu’il veut tout mettre sur le dos d’Alexia. Jonathann, lui campe sur les réponses qu’il a déjà faites : “Je voulais qu’elle se taise”.

Tu es heureux maintenant. Tu ne l’entendras plus. Tu as gagné ? (….) Elle s’est tue à jamais. Je n’entendrais plus son rire, sa voix“, lui répond Isabelle Fouilot.

Lui assure que c’est une dispute, qu’il faut le croire. Alexia lui a dit qu’il n’était pas un homme. Et Isabelle Fouillot insiste : “C’est juste que tu n’étais pas un homme ? … Mais c’est vrai, tu n’es pas un homme. C’est dur d’entendre la vérité. “

Isabelle Fouillot parle de ce qu’il aurait perdu s’il avait divorcé et lui demande s’il a quelque chose à lui dire. Jonathann ne répond pas. Alors Isabelle Fouillot renonce, le regarde, et termine son dialogue sur ses mots :

“Je te souhaite un bon séjour en prison”.

L’audience est suspendue. Les personnes présentes dans la salle d’assise reprennent leur souffle. 

Nos articles incontournables sur l’affaire Daval :





Source

Related posts

CCI : une étude dessine un cap pour la relance économique

adrien

Secours En Mer Méditerranée : Bilan D’une Semaine Agitée !

adrien

5 questions à Frédéric Potier

adrien