corse24.com
Image default
Info Corse

“Je suis un ‘résistant corse’ […] mais pas un islamiste terroriste” dit T. Casolasco, inscrit au FIJAIT


Il sera finalement jugé en mars prochain. Le président de l’“Associu Sulidarità”, association de défense et de soutien aux prisonniers nationalistes, devait comparaître ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel d’Ajaccio. L’audience a été renvoyée car la défense n’a pas eu accès au dossier. “Anecdotique”, selon l’avocat du prévenu.  

Car Thierry Casolasco refuse en fait de se soumettre aux obligations du FIJAIT, à savoir l’obligation de pointer tous les trois mois. L’homme est inscrit dans ce fichier des auteurs d’infractions terroristes pour sa participation à une tentative d’attentat avec séquestration, faits pour lesquels il avait été condamné en 2011.

S’il ne renie en rien son militantisme encore aujourd’hui, il conteste cependant, comme d’autres, le fait “d’être assimilé aux terroristes islamistes”, et notamment à ceux des attentats du 13 novembre, qui seront jugés à partir de cette semaine à Paris, et dont les noms figurent dans ce “FIJAIT”.

Thierry Casolasco demande l’effacement de son nom dans ce fichier. _“C’est une loi qui a été faite pour des terroristes islamistes, et aujourd’hui je ne me sens pas concerné par cette loi-là_. Je suis un militant politique et un résistant corse, ça oui, mais pas un islamiste terroriste. Pour ces raisons-là je ne me plierai pas au FIJAIT, je ne signerai pas”, insiste le prévenu

Comme son avocat, Me Mercinier-Pantalacci, qui a déjà plaidé dans d’autres dossiers relevant des mêmes infractions, Thierry Casolasco espère bien faire pencher la balance de la justice de son côté. “J’espère qu’on arrivera à faire une jurisprudence”, dit l’intéressé du jour, rappelant la victoire devant de Marc Clément, autre ancien prisonnier qui avait en effet obtenu l’effacement de sa personne de la liste en 2019 devant le tribunal de grande instance de Paris (le parquet avait fait appel, NDLR).

Le poids du contexte ?

Conférence de presse de l'Associu Sulidarità en soutien à Thierry Casolasco à Ajaccio, le 7 septembre 2021
Conférence de presse de l’Associu Sulidarità en soutien à Thierry Casolasco à Ajaccio, le 7 septembre 2021 © Radio France
Olivier Castel

Devant le tribunal ce mardi, une 50 aine de personnes s’étaient réunies à la mi-journée en soutien à Thierry Casolasco, à l’appel de “Sulidarità” et des trois partis nationalistes de l’Assemblée de Corse.

Cathy Bartoli, la porte-parole, a lu un communiqué à la presse, adressé aussi à tous les anciens prisonnier nationalistes. “Au gouvernement français, nous envoyons un message clair, ils ne seront jamais seuls face à la répression”, concluait le texte.

Entre une scène médiatique aux caméras et micros rivés sur le procès historique des attentats du 13 Novembre 2015, et la menace d’une reprise des attentats par le FLNC en Corse, Thierry Casolasco pense que la question de l’effacement des corses condamnés pour terrorisme du FIJAIT pourrait être regardée différemment.

“Je ne sais pas s’il y a un lien de cause à effet, mais ça peut jouer. Les situations ont l’air de changer, en tout cas sur notre territoire, et c’est peut-être plus facile pour eux (la justice, NDLR) de faire l’amalgame sur ce qu’ils appellent le terrorisme islamiste. C’est ce qu’ils essaient de faire depuis un certain nombre d’années”, estime Thierry Casolasco. Ce dernier a vu son procès pour non-soumission aux obligations du FIJAIT renvoyé au 22 mars 2022.





Source

Related posts

Huit nuits, de la poésie à la chanson

adrien

Maltraitance Animale: 4 Mois Fermes, Pas Assez Dissuasifs Pour L’avocat De L’association “Stéphane Lamart”

adrien

« La crise sanitaire a eu un impact très lourd sur le budget de la CAPA »

adrien