corse24.com
Image default
Info Corse

“Il n’y a pas de bilan, on a passé 6 années de gesticulations…” Paul-Félix Benedetti

Notez cet article



Au sein d’une famille nationaliste éparpillée façon puzzle , 4 listes, Paul-Félix Benedetti incarne en quelque sorte l’enfant terrible, le trublion, écarté de la majorité territoriale pour cause “de critique systématique”, ce que lui reproche notamment Gilles Simeoni dans sa déclaration de candidature. Il est vrai que l’inoxydable leader de Core in Fronte n’est pas tendre quand il évoque le bilan de la mandature finissante : “Il n’y a pas de bilan, dit-il d’emblée. On a passé 6 ans de gesticulations, d’atermoiements, d’adaptations aussi peut-être, mais in fine pas de traceurs d’une politique nouvelle et d’une volonté de porter les revendications du courant patriotique depuis 50 ans”. Son constat est implacable : “On n’a pas enrayé la spéculation, on n’a pas revitalisé la langue et la culture corses, on n’a pas redéployé stratégiquement les discussions avec paris pour obtenir une avancée politique. Bref, ça patine”

Paul-Félix Benedetti pour autant ne se borne pas à la critique, il veut agir, vite et fort. Pour freiner la spéculation foncière et immobilière, faut-il réviser le Padduc ? “Il faut l’appliquer surtout, cingle-t-il. La Collectivité de Corse, à aucun moment, alors qu’elle a la compétence globale, ne s’est jamais opposée à des projets spéculatifs, il a fallu à chaque fois que ce soit les associations“. Lui propose d’instaurer le permis de louer, mesure qui fait partie de l’arsenal législatif et que plusieurs grandes agglomérations ont adopté sur le continent. “On pourrait ainsi décréter qui peut louer ou ne pas louer dans l’ensemble du territoire, dans chaque lotissement… Cela peut permettre de freiner les locations sauvages qui sont une source de spéculation, et de réguler les prix et les achats”.  Les déchets ? “Il faut dissoudre le Syvadec et transférer la compétence à une dizaine de territoires”. Une compagnie maritime régionale ? “Nous le ferons dans un délai raisonnable, il faut en finir avec les incantations”. 

Malgré les critiques acerbes, malgré les différences, est-il prêt, s’il franchit la barre des 7 %, à s’engager, à fusionner, avec d’autres nationalistes pour accéder au pouvoir ? Le chef de file de Core in Fronte esquive. “Notre priorité pour l’instant c’est le premier tour”

Pour écouter l’intégralité du débat :





Source

Related posts

Le Château de la Buzine

adrien

Des jeunes attendus au village pour un Erasmus rural

adrien

Tourisme et vols sur la Corse : les professionnels mécontents.

adrien