corse24.com
Image default
Info Corse

Grippe aviaire en Corse : les analyses se poursuivent

Notez cet article


Au début du mois, une mortalité anormale a été constatée sur des poules pondeuses détenues dans le commerce Sicanico Gamm Vert de Lucciana. À ce jour, 98 sont mortes, et 474 poules et autres volatiles ont dû être euthanasiés par les services vétérinaires. Les services de l’État assurent que toutes les précautions d’usage ont été prises. Ces deux derniers jours, des opérations de désinfection et de décontamination ont été réalisées au sein de l’animalerie-jardinerie.

Aucun danger pour l’Homme ?

La souche détectée pourrait être la même que celle découverte récemment aux Pays-Bas et ces cas de grippe aviaire ne présenteraient alors aucun danger pour l'Homme.
La souche détectée pourrait être la même que celle découverte récemment aux Pays-Bas et ces cas de grippe aviaire ne présenteraient alors aucun danger pour l’Homme. © Maxppp
maxppp

La souche détectée pourrait être la même que celle découverte récemment aux Pays-Bas. Ces cas de grippe aviaire ne présenteraient alors aucun danger pour l’Homme. C’est ce qu’affirmait le ministre de l’Agriculture et ce que confirme le préfet de Haute-Corse, François Ravier : « En l’état actuel des connaissances, on est dans un virus très proche de celui identifié aux Pays-Bas. On n’a pas encore toute la séquence du génome mais tout laisse à penser pour l’instant qu’on est sur la même souche pathogène et ce qui nous permet de dire à ce stade qu’il n’y a pas de risque dans la consommation de volailles et d’œufs. La question qui reste pendante actuellement est : y-a-t-il un risque de contamination par une proximité prolongée avec ces animaux ? Si on est bien sur la même souche qu’aux Pays-Bas il n’y aura aucun risque de contamination à l’Homme associé à ce virus découvert en Haute-Corse. »

Pas de piste pour l’heure

Ces cas de grippe aviaire ne présenteraient donc aucun danger pour l’Homme. Pour autant à l’heure actuelle, il est toujours difficile de déterminer l’origine de cette maladie selon Séverine Valette-Tristani, la directrice du magasin Sicanico Gamm Vert de Lucciana : « A l’heure actuelle on ne sait pas, ils sont en train de faire des analyses et des recherches. On a donné tous nos documents, certificats d’élevage, factures, ils sont en train de remonter à la source pour connaître l’origine de la maladie. Ils n’y a pas de pistes, pas de retours, ils sont encore en train de chercher et travaillent d’arrache-pied très tard même la nuit. _Il y avait des poules saines quand on les a vendues et cette maladie est allée très très vite_, et pouvait décimer pas mal de bêtes en 48h mais on n’en sait pas plus. »

Ce mercredi matin, le magasin va pouvoir rouvrir, mais l'activité "vente d'animaux vivants" est interrompue
Ce mercredi matin, le magasin va pouvoir rouvrir, mais l’activité “vente d’animaux vivants” est interrompue © Maxppp
maxppp

Priorité à la sécurité

Cependant pour l’animalerie-jardinerie, les conséquences sont très lourdes et la remise en sécurité du magasin a été très complexe. Ce mercredi matin, le magasin va pouvoir rouvrir, mais l’activité “vente d’animaux vivants” est interrompue comme le précise la directrice du commerce : « Il y a un isolement sanitaire à faire, on a traité avec de la chaux le poulailler extérieur pour bien désinfecter. On va faire des travaux et mettre en place certaines choses avec la DDCSPP qui va nous conseiller pour réaménager et éviter les éventuelles contaminations un jour. C’est un impact économique énorme mais on ne l’a pas encore chiffré, _la priorité c’est de remettre en état le magasin, la désinfection_, pour la sécurité des salariés et de la clientèle. »

Toutes les personnes qui auraient acheté des oiseaux de basse-cour au magasin Gamm Vert de Lucciana, entre le 5 et le 10 novembre, et qui auraient constaté des cas de mortalité, doivent contacter les services vétérinaires de la Haute-Corse au 04 95 58 51 30.

Pour aller plus loin concernant les précautions prises et les analyses en cours, le docteur vétérinaire Caroline Poncet, adjointe au chef de service santé protection animale et végétale de la DDCSPP 2B, la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, est l’invité de la rédaction de RCFM ce mercredi.





Source

Related posts

Razzia nationaliste en Corse

adrien

Une sépulture mégalithique de type dolménique à l’étude

adrien

Aleria : à l’étang de Diana, l’activité a redémarré timidement 

adrien