corse24.com
Image default
Info Corse

Des boucles inviolables et des barrières virtuelles pour éviter les accidents sur les routes

Notez cet article


« Ma question est très brève, mais elle n’en est pas moins très importante. En cette période estivale où l’on constate une augmentation de la circulation automobile – certes plus faible cette année à cause de la crise du COVID –, j’aimerais que vous nous fassiez un point sur les mesures initiées par votre Office pour lutter contre le fléau que constitue la divagation animale, génératrice de trop de drames sur nos routes ». La question orale de Pierre Ghionga est d’une brièveté remarquable et totalement inhabituelle dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse, mais elle se suffit à elle-même. Le sujet est si polémique et si ancré dans la réalité insulaire que nul n’a besoin d’explication complémentaire. La divagation animale est un fléau bien connu des conducteurs de l’intérieur, trop souvent responsable de drames périodiques, d’accidents parfois mortels. Sa résolution, que tout le monde appelle de ses vœux, est, pourtant, loin d’aller de soi. En désespoir de cause, les sous-préfets du Centre Corse ont parfois, les étés précédents, été forcés de se livrer en catimini avec l’aide de la gendarmerie à des safaris nocturnes pour récupérer veaux, vaches ou taureaux en divagation qui menaçaient la sécurité des automobilistes. Ces derniers, surtout, en pleine nuit, ont beaucoup de mal à anticiper et éviter l’obstacle. Et ce n’est pas anodin que ce soit un élu du Cortenais qui remette cet épineux problème sur la table.
 
Des boucles inviolables
« Je ne fais pas refaire l’historique, rechercher les responsabilités sur ce qui a pu causer des dégâts humains, voire patrimoniaux, dans nos villages, ou les différentes politiques qui nous ont amenés là. Aujourd’hui, nous sommes dans la construction de solutions ». Le conseiller exécutif et président de l’ODARC (Office de développement agricole et rurale de la Corse), Lionel Mortini, réaffirme qu’il en existe, notamment une qu’il a soumise à Paris et à Bruxelles : « J’ai fait des propositions, notamment sur un changement de règles de l’identification, cela s’appelle au niveau européen : un élevage de précision, c’est-à-dire une boucle inviolable. Ce que nous n’avons pas en Corse ! Tout le monde le sait, c’est un secret de polichinelle ! Aujourd’hui, les boucles, sur nos animaux, peuvent être débouclées et rebouclées. Cela pose un problème même au plan sanitaire, problème qui ne peut pas durer et que nous devons régler justement par la mise en place de boucles inviolables et de boucles GPS qui intègrent notamment des barrières virtuelles. Ce n’est pas le flicage qui nous intéresse, mais l’amélioration de la gestion des troupeaux ». Pourquoi un GPS et des barrières virtuelles ? « Quand on parle de barrières virtuelles, on parle de routes et de villages où de lieux que nous avons besoin de défendre. Dès qu’un animal y rentrera, nous aurons une alerte. L’objectif n’est pas de savoir à qui appartiennent les animaux qui sont en estive ou sur des terrains, mais de ne plus les avoir sur les routes et dans les villages. C’est, pour nous, la porte d’entrée la plus importante à une véritable solution à cette divagation ».



Source

Related posts

“Le conseil que je donne aux parents est de remettre leurs enfants à l’école”

adrien

Gagnez vos invitations au Parc Astérix avec France Bleu Elsass

adrien

Chansons et applaudissements pour l’inhumation de Guy Bedos à Lumio, en Corse

adrien