corse24.com
Image default
Info Corse

« C’est le trop plein ! »

Notez cet article


Politiques, syndicalistes et simples usagers, ils étaient plus d’une centaine ce samedi pour manifester à Bastia à l’appel du collectif “Agissons contre la cherté des carburants en Corse”. Objectif : dénoncer « un monopole de fait sur le stockage » au sein des dépôts pétroliers de l’île constaté par la Haute Autorité de la Concurrence elle-même dans son rapport rendu public en novembre dernier.

Statut quo

5 mois après la parution du rapport, les carburants sont toujours aussi chers dans l’ile, comme le dénonçaient ce samedi les usagers présents à Bastia et plus étonnant encore selon Frédéric Poletti, fondateur du collectif, l’inertie des politiques : « Nous nous étonnons qu’il n’y ait pas de suites politiques à l’Assemblée de Corse et d’autre part que l’État, qui lui a la possibilité de mettre en place la régulation, ne s’est pas prononcé alors que le ministre de l’Économie avait saisi l’autorité de la concurrence. »

Une manifestation pour dénoncer la situation de monopole au sein des dépôts pétroliers de l'île
Une manifestation pour dénoncer la situation de monopole au sein des dépôts pétroliers de l’île © Radio France
Hélène Battini

Selon le collectif la seule solution est la régulation des prix comme cela est le cas Outremer alors qu’ici les élus régionaux ne font que repousser le débat à l’Assemblée de Corse. 

Une pénurie organisée

Insularité, topographie, saisonnalité, la Haute Autorité évoque des contraintes structurelles qui pousseraient les dépôts pétroliers à travailler à flux tendus, une situation qui mériterait d’être éclaircie selon Frédéric Poletti : « L’évolution de l’écart et la mise en place du monopole sont corrélées. On a un véritable monopole au niveau de l’approvisionnement et du stockage, la seule solution pour le corriger, c’est la régulation ! 

L’augmentation des capacités est un débat, nous aimerions déjà vérifier qu’ils utilisent les dépôts dans leurs pleines capacités. Selon nos informations, pour coller au plus près de la spéculation des produits pétroliers, ils utilisent ces dépôts en sous-capacité, il y a des risques de pénuries même en hiver, ce qui oblige certaines enseignes à aller à Ajaccio pour servir les stations-service de Haute-Corse et vice-versa, des surcouts de transports évidemment répercutés sur les prix à la pompe. »

« Bougez-vous ! »

Ce samedi à Bastia, si tous les groupes politiques étaient invités les organisations syndicales aussi étaient conviées, Jacky Tartuffo était là pour Force Ouvrière : _« Nous somme en Corse, prisonniers de la voiture pour travailler, pour notre vie personnelle_, on est là pour dire aux politiques, arrêtez de nous raconter des blagues pour les prochaines élections, on veut des actes, que vous vous bougiez autant que nous pour le bien public ! » Actuellement le coût des carburants est toujours entre 5.3 et 6.7 % plus élevé que sur le continent, plus de 10 centimes d’euros par litre, malgré une fiscalité inférieure de 7%. 





Source

Related posts

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing est mort à l’âge de 94 ans “des suites du Covid”

adrien

Au pied des immeubles de Seine-Saint-Denis, “Un Jardin Lyrique” pour s’évader en Corse avec les polyphonies

adrien

Bastia : Pierre Savelli dépose sa liste du second tour

adrien