corse24.com
Image default
Info Corse

ce qu’il faut savoir sur les autotests de dépistage du Covid-19



C’est l’une des armes brandies par le Conseil scientifique pour sécuriser les réunions de famille pendant les fêtes de fin d’année : les autotests, autorisés à la vente dans les grandes surfaces depuis ce mardi 28 décembre. Jusqu’à présents, on ne pouvait en trouver que dans les pharmacies, prises d’assaut la semaine dernière avant Noël. Mais comment éviter de rater son autotest ? France Bleu vous livre un mode d’emploi.

Qu’est-ce qu’un autotest ?

Un autotest est test de dépistage par prélèvement nasal que l’on peut réaliser soi-même. Comme les tests antigéniques classiques il se présente sous la forme d’un coton-tige. La seule différence, c’est le mode de prélèvement : contrairement au test PCR, il ne doit pas s’enfoncer au fond du nasopharynx, mais moins profondément dans la narine. Il a été décrit comme « indolore et très simple à faire« , par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale. 

Où peut-on en trouver ?

Jusqu’à présent, seules les pharmacies étaient autorisées à vendre ces autotests. Un décret publié ce mardi 28 décembre au Journal Officiel a étendu l’autorisation aux grandes surfaces, jusqu’au 31 janvier. Vous pouvez même en trouver dès ce mardi dans les supermarchés de l’enseigne Leclerc. 

Combien coûte-t-il ?

Il est possible d’acheter des autotests à l’unité, ou bien par lot de cinq. Vous pouvez vous procurer ces autotests à 5,20 euros l’unité dans les officines, le prix a été fixé par un décret. On ignore encore le prix qui sera fixé dans les supermarchés. D’ores et déjà, Michel-Édouard Leclerc, PDG du groupe Leclerc a indiqué à France Bleu que ces tests seront vendus à prix coûtant, aux alentours de 2 euros.

La Sécurité sociale ne rembourse pas les autotests, sauf dans certains cas particuliers : ils sont gratuits, sur justificatif, aux salariés à domicile intervenant auprès des personnes âgées ou en situation de handicap, ainsi qu’aux proches accompagnant ces personnes. Pour ces cas, un plafond de 10 autotests par mois a été fixé.

Quand le faire ?

L’autotest peut être réalisé juste avant les réunions de familles ou les rassemblements à plus ou moins grands comités, comme le réveillon du Nouvel An ou les fêtes privées. Ce dépistage permet de se rassurer avant de retrouver ses proches, selon le Conseil scientifique. Ils servent également dans l’Éducation nationale, dans le cadre des campagnes de dépistage massives. 

Les autotests ne sont en revanche pas recommandé pour les personnes présentant des symptômes, ni pour les cas contacts. Dans ces cas, le gouvernement requiert un test PCR, antigénique classique réalisé soit par un professionnel de santé, soit dans un laboratoire. L’autotest n’a d’ailleurs pas valeur de pass sanitaire.

Comment ça fonctionne ?

Les autotests suivent le même principe que les tests antigéniques réalisés en pharmacie. Avant de faire son test de dépistage à domicile, il faut se laver correctement les mains. L’opercule du tube qui contient la solution réactive doit être retiré, puis placez le tube dans l’emplacement prédécoupé de l’emballage. Il faut sortir l’écouvillon de son emballage, le prendre par la poignée, et non par le coton, et l’insérer à la verticale dans la narine sur 2 à 3 centimètres et tourner plusieurs fois l’écouvillon dans la narine. Certains autotests nécessitent de répéter l’opération dans l’autre narine. 

On doit ensuite placer le coton-tige dans le tube rempli d’une solution et tourner l’écouvillon dedans plusieurs fois pendant une quinzaine de secondes, avant de le retirer. Il faut enfin visser sur le tube le compte-gouttes et verser quatre gouttes de la solution dans le puits à cassette. Il faut alors patienter environ 20 minutes avant d’obtenir le résultat, qui s’affiche à l’aide de barres colorées, comme pour certains tests de grossesse. Ce n’est pas une obligation, mais vous pouvez ensuite indiquer sur le site montautest.gouv.fr le résultat de votre test, qu’il soit positif ou négatif.

Que faire si le résultat est positif ?

Si l’autotest est positif, une deuxième bande colorée apparaît en face d’un signe T. Dans ce cas, il faut se rendre le plus rapidement possible dans un laboratoire pour effectuer cette fois un test PCR. C’est ce test qui permettra de confirmer l’infection au coronavirus, puis par séquençage, la présence d’un variant. L’Assurance Maladie pourra ensuite, grâce à cette confirmation, contacter les cas contacts. Elle délivrera également un arrêt de travail ou proposera une solution d’isolement adaptée.

Est-il fiable ?

Pour être commercialisé en France, un autotest doit être sensible à 80%. « Il est donc primordial de garder à l’esprit qu’un résultat négatif ne signifie pas nécessairement que l’utilisateur n’est pas porteur du virus« , précise l’exécutif. Selon le gouvernement, la probabilité qu’une personne au test positif soit effectivement porteuse du virus s’élève à 99%. À cela s’ajoute le risque d’erreur de manipulation, l’autotest n’étant pas administré par un professionnel formé. 





Source

Related posts

Combats clandestins à Ajaccio, la dure loi du «Fight Club»

adrien

« Des Oreilles Pour Sampieru »: Une Nouvelle Cagnotte En Ligne Pour Aider Ce Petit Garçon Et Ses Parents

adrien

National : le SC Bastia ne va pas à Paris pour faire du tourisme

adrien