corse24.com
Image default
Info Corse

ce que l’on sait des décès signalés en lien avec la panne qui a touché la France

Notez cet article



La panne massive qui a affecté les numéros d’appels d’urgence  – le 15, le 17, le 18 et le 112 – partout en France mercredi pourrait être à l’origine d’au moins quatre décès. Les usagers ont peiné à joindre les secours en raison d’une panne chez Orange pendant plusieurs heures. trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes dans plusieurs départements, et des enquêtes administratives ont été lancées. Voici ce que l’on sait des circonstances dans lesquelles ces personnes, dont un enfant, sont mortes.

Plusieurs décès suspects

Un homme de 63 ans dans le Morbihan

Le parquet de Vannes a ouvert une enquête “en recherche des causes de la mort”, après le décès d’un homme de 63 ans souffrant d’une “maladie cardiovasculaire” dans le Morbihan. Selon France Bleu Armorique, la femme de cet homme ne parvenait pas à joindre le Samu et a finalement décidé de le transporter en voiture jusqu’à l’hôpital de Vannes, où il est mort. Une enquête administrative a également été ouverte, à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne, dans la nuit de mercredi à jeudi. Dans un communiqué, le procureur de Vannes François Touron a expliqué jeudi soir que le décès de ce patient a été constaté à l’hôpital à 21h05. Il était arrivé “aux urgences à 20 heures 26” et son épouse a indiqué “avoir tenté en vain d’appeler entre 19 heures 54 et 19 heures 59 depuis son domicile le 15 à 4 reprises, puis le 112, avant de décider de le transporter elle-même aux urgences de Vannes”, a-t-il précisé.

Un enfant en Vendée

En Pays-de-la-Loire, l’ARS a annoncé jeudi soir avoir ouvert une enquête après le décès d’un enfant de 28 mois en Vendée, sur la commune de Chavagnes-en-Paillers. “Il apparaît qu’il y a un doute quant aux conséquences que ce dysfonctionnement aurait pu avoir dans le délai d’appel. C’est ce doute légitime qui nous conduit à demander une enquête administrative”, a détaillé le préfet, Benoît Brocard, lors d’une conférence de presse. Selon le directeur de l’ARS des Pays de la Loire, Jean-Jacques Coiplet, un premier appel a été reçu par le Samu à 08h21. La maman aurait tenté auparavant “pendant une heure de joindre sans succès le 18 puis le 15”. L’appel de 8h21 a pu être établi grâce au numéro de substitution à 10 chiffres, a-t-il précisé. Le parquet de La Roche-sur-Yon a ouvert vendredi une enquête pour “recherche des causes de la mort”. Une “autopsie” de l’enfant sera pratiquée “rapidement”. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une personne de 77 ans en Haute-Saône

En Haute-Saône, le préfet et le directeur général de l’ARS en Bourgogne-Franche-Comté ont lancé une enquête administrative après la mort d’une personne âgée de 77 ans, en vue “de faire toute la lumière sur le déroulement des faits à l’occasion de cet évènement dramatique.” Le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, a également ouvert une enquête judiciaire

Un homme à La Réunion

“Deux autres accidents cardiovasculaires” (AVC) ont eu lieu à La Réunion, a indiqué Gérald Darmanin lors d’une conférence de presse jeudi. Mais après enquête administrative, la préfecture de La Réunion a fait savoir qu’une seule des deux personnes semblait avoir rencontré des problèmes à joindre les secours. “L’épouse de l’homme décédé n’a pas réussi à joindre le centre 15 après avoir tenté de le faire pendant une vingtaine de minutes”, a fait savoir la préfecture. “Elle a donc fait appel à une amie qui a, quant à elle, réussi à joindre le centre 15.” Une ambulance a été immédiatement engagée par le Samu mais à son arrivée sur les lieux, l’équipage a constaté que le patient avait fait un arrêt cardiorespiratoire ayant entraîné son décès. 

Pour le deuxième cas évoqué par Gérald Darmanin, les pompiers, joints par un ami du défunt, sont finalement intervenus immédiatement. L’homme était déjà en arrêt cardiorespiratoire.

Des conséquences sanitaires difficiles à évaluer

Le 15, le 17 et le 18 représentent au total “plus de 150.000 appels par jour” a rappelé Gérald Darmanin. Chez les sapeurs-pompiers, pour “un million d’habitants” en moyenne, il y a “15 à 20 agents qui reçoivent le 18-112” pour couvrir “1.200 à 1.500 appels” quotidiens, a précisé le Colonel Grégory Alione à l’AFP. 

“Entre 30% et 50% des appels ont dû être retardés”, a estimé le Pr Karim Tazarourte, chef du Samu 69 (Rhône) interrogé par l’AFP. Mais “à ce stade“, il n’est selon lui pas démontré que ces retards auraient pu générer davantage de pathologies graves. Un avis partagé par le Dr Caroline Telion, responsable adjointe du Samu 75 (Paris), pour qui autour de “10%” des appels “ne seraient pas rentrés”. “On n’a pas non plus l’impression que les services d’urgences aient été submergés dans la soirée et dans la nuit par un afflux de cas graves”, a-t-elle précisé à l’agence de presse.

Il est encore “trop prématuré de tirer des conclusions” a estimé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.





Source

Related posts

La préfecture de Corse dans la ligne de mire des amateurs d’armes

adrien

CHRONIQUE. C’est beaucoup de la furie des hommes…

adrien

La traction animale en agriculture, une technique ancestrale qui revient au goût du jour en Corse

adrien