corse24.com
Image default
Info Corse

Cappia è Piglia le supermarché gratuit qui donne une seconde vie aux objets

Notez cet article


Situé à Cervioni, Cappia è Piglia est un concept unique en Corse qui permet de moins jeter et de donner une seconde vie à nos objets. Tout y est accepté : électroménager, ustensiles de cuisine, jouets, livres, produits high-tech.

Démarche vertueuse

Ce concept déjà expérimenté ailleurs sur le continent, est une sorte de supermarché inversé. Au lieu de jeter, les gens déposent dans un “vrai” magasin des objets dont ils ne se servent plus. Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite récupérer ces objets, gratuitement. Il s’agit avant tout d’une démarche vertueuse : réduire nos déchets et donner un coup de pouce aux plus nécessiteux. 

Cappia è Piglia est un concept unique en Corse qui permet de moins jeter et de donner une seconde vie à nos objets
Cappia è Piglia est un concept unique en Corse qui permet de moins jeter et de donner une seconde vie à nos objets © Radio France
Maxime Becmeur

Cappia è Piglia est sur le point d’ouvrir ses portes au public à la recyclerie de Cervioni où un hangar a été spécialement réaménagé. 

Système de troc

A l’origine de ce projet, Serge Bereni, responsable du pôle environnement pour la communauté de communes de la Costa Verde. « _C’est une sorte de troc_. Il y a beaucoup de gens qui viennent à la déchetterie et qui ont des choses qui fonctionnent, ils sont gênés parfois de jeter ces choses-là dans les bennes. Nous aussi puisque ces choses partent à l’enfouissement et on se disait que ce n’était pas normal ».

A l'origine de ce projet, Serge Bereni, responsable du pôle environnement pour la communauté de communes de la Costa Verde
A l’origine de ce projet, Serge Bereni, responsable du pôle environnement pour la communauté de communes de la Costa Verde © Radio France
Maxime Becmeur

Ici, tout est gratuit. C’est un système vertueux qui vise à favoriser le réemploi de l’électroménager, de jouets, d’ustensiles de cuisine, de produits high-tech et même de livres.

« On n’est pas obligé de venir déposer quelque chose pour récupérer autre chose », précise Serge Bereni. « Les gens qui sont intéressés viennent jeter un coup d’œil dans le magasin et si quelque chose les intéresse ils peuvent le récupérer. »

Aider les plus nécessiteux

Pour Serge Bereni, la fonction de Cappia è Piglia a aussi un rôle social.

« On est dans une société de consommation, quand quelque chose ne nous plaît plus, la facilité c’est d’en acheter un autre. Il y a des gens qui n’ont pas cette facilité. Si vous changez de cafetière électrique, vous la mettez au magasin et ça peut faire plaisir à quelqu’un qui n’a pas les moyens d’en acheter une ».

100 000 euros d’investissement

Pour l’intercommunalité de la Costa Verde, l’investissement dépasse les 100.000 euros, un financement auquel ont largement contribué des partenaires tels que l’Ademe et la CdC.

Pour profiter de ce supermarché inversé à Cervioni, il faudra cependant être encore un peu patient, il devrait ouvrir au public d’ici un mois et demi.





Source

Related posts

[Infographies] Coronavirus en Corse : aucun nouveau cas de Covid-19 ce mercredi

adrien

Coronavirus en Corse : le “green pass”, qu’est-ce que c’est ?

adrien

Ajaccio : un conseil municipal sous le signe de la diversité

adrien