corse24.com
Image default
Info Corse

Ampriani, l’appel du rural

Notez cet article


Ampriani, village de montagne, situé à une trentaine de kilomètres au-dessus d’Aleria, ne compte qu’une quinzaine d’habitants, tout au plus. Sur place, pas un commerce, pas une activité économique et des ménages qui privilégient plutôt la plaine et les grandes agglomérations pour s’installer. La mairie a décidé de proposer des aides, logistiques et financières, pour l’installation d’un artisan qui ferait le choix de la ruralité.

La mairie propose un T3 rénové, loué dans les 400 euros et la possibilité de faire son atelier juste à côté
La mairie propose un T3 rénové, loué dans les 400 euros et la possibilité de faire son atelier juste à côté
DR/

Un T3 rénové, loué dans les 400 euros et la possibilité de faire son atelier juste à côté. C’est ce que propose la mairie d’Ampriani. Paul-André Dompietrini conseiller municipal : « il y a un studio qui peut être transformé en atelier, en plus de l’appartement, c’est l’intérêt… Là-dessus la mairie pourra faire son possible pour aider financièrement la personne qui souhaite se lancer. »

“Remettre de la vie dans un village qui se dépeuple, un défi de taille”

La municipalité d’Ampriani a réussi à installer il y a trois ans Giuseppe, ouvrier agricole d’origine sarde : « C’est très intéressant… Pour quelqu’un qui vit à la montagne, un artisan, un berger ou un ouvrier comme moi c’est important cette aide. »

Paul-André Dompietrini, conseiller municipal à Ampriani
Paul-André Dompietrini, conseiller municipal à Ampriani © Radio France
Maxime Becmeur

Paul-André Dompietrini croit, lui, à un retour vers le rural : « les jeunes qui sont partis cela a été les générations d’avant, les gens intéressés ne sont pas forcément des personnes âgées…il y a encore plusieurs familles qui restent dynamiques, ce n’est pas la fin, mais on préfère assurer nos arrières pour ne pas se retrouver rapidement en situation délicate comme certains villages sans personne pour garder ce qui reste, ne serait-ce que les édifices religieux. »

Des dispositifs insuffisants

Des accompagnements existent pour encourager les jeunes artisans à faire le choix de la ruralité, mais pas suffisamment, reconnaît Jean-Charles Martinelli, le président de la chambre de métiers et d’artisanat de Haute-Corse : _« Il y a des exonérations de charges fiscales, une partie seulement…_Nous demandons une exonération totale au moins pour les 5 premières années d’exercice, ça serait du concret. Il y a des aides de l’Odarc, de l’Adec, qui accompagnent les gens dans le rural. On peut aider les entreprises dans la construction de leur projet avec la chambre régionale des métiers de Corse, pour monter les dossiers, les rendre éligibles. Il faut que lorsqu’il y a un appel d’offre sur une mairie, une église, des menuiseries, que ces gens-là soient prioritaires, femu quì, cumpremu quì, il ne faut pas que le dire, il faut le faire ! »

Ampriani, un cœur à prendre. Les candidatures des artisans sont attendues.





Source

Related posts

Problème d’eau et de déchets un collectif monte un créneau

adrien

En Corse la vaccination ne s’arrête pas durant le weekend pascal

adrien

Deux nouvelles crèches intercommunales en Balagne 

adrien